top of page

YogaAshtanga

Avec la dynamique de l'Ashtanga liberez

votre énergie et améliorez la concentration.

Traditionnellement un grand mystère régnait sur le yoga, il était principalement pratiqué en secret dans les monastères et les ashrams, et les leçons étaient individuelles. Krishnamacharya fut le premier yogi à donner des cours de groupe, parfois même en public. La cible principale de cette forme moderne de yoga était de jeunes gens qui devaient libérer une grande quantité d'énergie. Pour cela, l'école de yoga de Krishnamacharya, faisait des merveilles. L'objectif de ses séries était d'améliorer la concentration et, contrairement à la plupart des sports, elles ne faisaient pas l'objet de compétitions. A mesure que les étudiants de Krishnamacharya vieillissaient, le yoga devenait plus complexe et s'attaquait non seulement à la fébrilité physique, mais aussi à l'agitation mentale.

Ashtanga signifie littéralement "huit membres". Si ce nombre semble nécessaire pour certaines postures, le sens est surtout symbolique. Il fait référence aux huit branches distinctes du yoga qui ont été décrites par Rishi Patanjali au début de notre ère. Chaque branche à son propre thème. L'une d'entre elles porte sur la respiration, une autre sur l'attention et plusieurs sont consacrées aux règles du comportement social. Il ne s'agit pas de stades successifs, mais de plusieurs entrées permettant d'accéder à une conscience plus vaste et plus profonde. les textes de Patanjali sont principalement constitués de métaphores.

 

L'approche de Jogis et plus pragmatique. il considère les postures de yoga, les asanas, comme une expression de la fusion de corps et de l'esprit. Les sis séries permettent de travailles au perfectionnement de sa conscience totale. Les objextifs sensoriels, psychologiques, moraus et sociaux s'y fondent.  Le symbole qui s'y rapporte est le vinyasa. Ce mot sanscrit se traduit plus ou moins par "courant".

 

L'Ashtanga Vinyasa coule et respire. Dans la pratique de l'Ashtanga, on a recours à une technique de respiration particulière appelée ujjayi: on soulève ses muscles abdominaux et on expire avec un  bruit doux dans la gorge. Les bandhas sont également importants. Ils désignent les zones du corps vers lesquelles l'énergie est envoyée durant la respiration et qui la canalisent en tendant les muscles. Le jalandhara bandha se situe près du menton, l'uddiyana bandha à haureur du diaphragme, et le mula bandha entre les parties génitales et l'anus. Avec l'Ashtanga, on apprend à distinguer ces point d'énergie et à les contrôler.

Enfin, chaque asana est liée à une techique oculaire, une drishti. Dans la posture du Chien tête en bas, on fixe son nombril alors que dans d'autres positions, on suit sa main ou on regarde dans le vide. La drishti aide à parfaire l'asana, mais elle a aussi pour but d'apaiser et d'améliorer la concentration.

La dynamique de cette pratique de yoga est très attrayante. Mais aussi dangereuse: l'homme moderne veut souvent aller trop vite. En yoga, travailler à la hâte signifie généralement faire mal les choses et s'occasionner ainsi des gênes o des blessures. Une autre règle de base est de boire beaucoup d'eau, avant et après les asanas.

 

L'Ashtanga élimine les toxines de l'organisme, mais ne peut le faire que si celui-ci est suffisamment hydraté pour transpirer. De plus, l a déshydratation peut provoque la raideur des muscles.

bottom of page